3. Le Citron

Il est frais mon citron ! C’est le premier papillon du printemps. L’hiver est loin d’être terminé, fin février ou début mars, et pourtant, les jours de redoux, de petits zestes jaunes commencent à circuler le long des lisières et des chemins forestiers. Ce sont les Citrons mâles qui émergent. Et quand je dis frais… en réalité, ces pionniers sont plutôt des croûtons, des gérontes. Pensez donc : ils ont presque un an ! Ils viennent de passer tout l’hiver en léthargie, qui dans une fissure, qui au creux d’un roncier, ailes serrées, trompe bien au chaud, grâce au mystérieux antigel interne qui leur permet de survivre, même par -20°C. Ce qui ne les empêche pas d’attirer l’œil grâce au jaune rutilant de leurs ailes. Ou du moins de la face interne, car sitôt le papillon posé, il s’empresse de les refermer, n’exposant aux yeux des prédateurs que son verso, verdâtre, camouflé feuille avec des nervures artistement tracées. La femelle, d’ailleurs, arbore cette teinte plus terne sur sa face A comme sa face B. On peut alors la confondre avec une piéride, papillon du genre blafard très commun dans nos jardins : en cas de doute, vérifiez la forme des ailes, celle du Citron présente toujours une pointe.

Crédit photo : Sanja565658, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons

Nous disions : les premiers à se montrer sont des mâles. Les femelles émergent deux bonnes semaines plus tard : à quoi bon, en effet, s’exposer à l’air libre tant que les feuilles ne sont pas sorties et qu’il serait bien impossible de pondre ? Sitôt qu’elles sortent, en revanche, c’est la ruée : les mâles qui ont eu quinze jours pour s’empiffrer de nectar les attendent de pied ferme et en forme olympique. S’ensuivent d’homériques poursuites (à nos yeux, de poétiques ballets aériens) jusqu’à l’accouplement. Celui-ci terminé, la femelle repoussera les avances de tous les autres mâles et n’aura plus qu’un but : explorer les sous-bois à la recherche de l’une de ses plantes hôtes : la Bourdaine, ou son cousin le Nerprun purgatif. Comme beaucoup d’insectes, la chenille du Citron ne peut en effet vivre que sur un nombre très restreint d’essences, ce qui explique l’impact des herbicides sur les populations d’insectes ! En un mois, la minuscule chenille voit son poids multiplié par mille à force de boulotter des feuilles. Elle se suspend alors à une tige par un cordage de sa fabrication et se transforme en chrysalide. Ce petit étui rigide, camouflé vieille feuille, protège l’étape la plus étonnante de la vie d’un insecte : la métamorphose d’où naît le papillon adulte. Au bout de deux semaines, la chrysalide se fend, le papillon émerge, laisse gonfler et sécher ses ailes – heures mortelles où bien des Citrons seront la proie des oiseaux insectivores – avant de foncer vers une fleur pour sa première pinte de nectar.

Quelques autres espèces faciles à reconnaître passent également l’hiver au chaud et émergent en ce moment même : le Vulcain, noir-blanc-rouge, le Paon du jour aux splendides ocelles, la Petite Tortue… Bientôt émergeront aussi les premiers Aurores à la splendide livrée orange et blanc.

Au jardin, des zones non tondues offriront à ces baladins les fleurs nectarifères dont ils ont tant besoin. Un pied de bourdaine séduira madame Citron. Toutes les espèces citées ici sont communes et faciles à voir dans les jardins et les vallons boisés de notre ensemble paroissial.

Pour en savoir plus sur le Citron, je vous conseille le n°96 de la revue La Hulotte.

Pour reconnaître et compter les papillons du jardin, en lien avec le Muséum national d’histoire naturelle : http://www.vigienature.fr/fr/operation-papillons

Et, bien sûr, pour noter vos observations de papillons, d’oiseaux, et de toutes les autres espèces : www.faune-rhone.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.