Carême avec la Création: l’Aurore

L’Aurore porte un joli nom: Anthocharis cardamines, ce qui signifie « qui a la grâce des fleurs » – et cardamines du nom de la cardamine, cette belle fleur mauve pâle qui s’épanouit en ce moment même dans les fonds de prés frais et humides. C’est une piéride, comme la Piéride du chou, de la rave et du navet aux ailes blanches marquées de quelques taches noires; mais il se reconnaît au premier coup d’oeil à la délicate teinte orange de la pointe des ailes.

C’est l’un des premiers papillons de jour à émerger au début de l’année. Les adultes volent surtout en mars-avril et pondent également en avril, pendant une période très courte. Il n’est pas très difficile à trouver dans tout l’ensemble paroissial: en lisière des bois et dans les prés humides des vallons, et même dans les petits parcs de la Duchère, mais toujours dans un contexte ombragé.

Comme son nom scientifique l’indique, il est très lié à la cardamine dont vous pouvez trouver également dans les endroits frais et humides les délicates fleurs mauves perchées au sommet d’une haute tige (20 cm).

L’Aurore pond exclusivement sur les Crucifères (Brassicacées): la cardamine donc, mais aussi la capselle ou la drave printanière. C’est l’une des rares espèces dont la chenille sera capable de surmonter le dispositif chimique anti-brouteur de cette famille de plantes: chez les Crucifères, toute attaque d’herbivore provoque une réaction chimique qui produit des substances répulsives. L’Aurore a réussi à déjouer cette protection, ce qui lui permet d’utiliser cette famille comme plante hôte sans craindre de concurrents. Par-dessus le marché, la femelle ne pond qu’un seul oeuf et l’enrobe lui-même de répulsifs qui éloignent ses congénères. Chaque chenille d’Aurore dispose donc en théorie d’un plant à grignoter pour elle toute seule. En contrepartie, les plantes de la bonne famille dont de jeunes pousses sont disponibles à la bonne saison sont relativement rares, entre celles qui n’ont pas encore poussé, celles qui sont déjà un peu âgées, et naturellement celles où une femelle d’Aurore a déjà pondu. Mais la famille des Crucifères est vaste, avec de nombreuses espèces au calendrier légèrement décalé, de sorte que l’Aurore trouve toujours où pondre même quand les aléas climatiques rendent plus rare telle ou telle plante parmi ses favorites.

Un bel exemple des complexes stratégies qu’engendre l’évolution, ce génie absolu de la Création…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.