Carême avec la Création : les Pics

Avant que les feuilles s’ouvrent, les parcs et les bois de notre ensemble paroissial résonnent de l’agitation de tout un petit peuple noir, blanc, rouge, vert… Pas moins de cinq espèces de Pics sont visibles près de chez nous ! Ouvrez l’oeil et tendez l’oreille…

Les cinq pics de l’ouest lyonnais

Le Pic épeiche est le plus commun, même dans les parcs. On entend résonner jusqu’en avril son tambourinage (quatre coups secs) et en toute saison ses cris métalliques. Le Pic noir est bien plus grand et plus rare, car ses territoires sont vastes. C’est souvent son cri de vol « kru kru kru » qui le signale. Il fore une loge dans les arbres à écorce lisse, hêtres et parfois platanes. Le Pic mar ressemble au Pic épeiche, mais avec une calotte rouge. Nouveau venu dans la région, il pousse un chant qui ressemble à une série de cris de cochon. Il aime les vieux chênes et le bois mort. On peut voir le Pic vert jusque sur le gazon des parcs et jardins, où il recherche les fourmis. Son rire sonore et descendant le signale en toute saison. Quant au Pic épeichette, il a la taille d’un moineau et explore les plus fines brindilles, tout en haut des arbres, et parfois dans les fourrés plus bas. C’est le plus menacé de tous, classé Vulnérable en France. Il pousse des séries de cris aigus et des séries irrégulières de tambourinages.

Plus un bois est diversifié en essences, en étages de végétation, plus on y trouve de bois mort décomposé par les insectes et les champignons, plus il est naturel en somme, et plus la diversité de Pics est grande. En s’attaquant aux larves qui rongent le bois pourrissant, ils endiguent leur dispersion et sont de grands agents de la santé des forêts.

Toutes ces espèces cohabitent sans trop entrer en concurrence, car chacune a son étage et son type de proie favori. Le Pic vert se nourrit surtout au sol; le Pic noir éventre les gros arbres morts et malades, rongés par de grosses larves et des fourmis; l’épeiche, le mar et l’épeichette se répartissent du haut du tronc jusqu’à la ramure, de bas en haut, sur les gros chênes. Subtile évolution, beauté de la Création…

Pour en savoir plus : la LPO Rhône a réalisé pour nos voisins de Craponne cette fiche sur les Pics et quelques espèces proches, avec notamment des QR codes qui permettent de découvrir leurs chants et cris, bien pratiques pour les repérer dans les houppiers !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.