Dimanche 6 septembre 2020

Chers frères et sœurs,

Dans l’évangile selon saint Matthieu que nous lisons cette année, Jésus ne cesse de se référer à la même réalité, qu’il appelle le ‘Royaume des cieux’. Au début de l’été, nous avons écouté plusieurs paraboles qui lui étaient consacrées : le semeur, le bon grain et l’ivraie, le trésor dans le champ ou la perle fine… Bref, Jésus en parle sans cesse. En revanche, ces derniers dimanches, vous aurez noté que ce n’est plus du Royaume qu’il est question, mais d’un mot beaucoup plus rare : Matthieu parle de l’Eglise. Il y a deux semaines : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. » Et, ce dimanche : « S’il refuse de les écouter, dis-le à l’assemblée de l’Église. »

On peut s’interroger sur ce déséquilibre entre ces deux réalités : le ‘Royaume des cieux’, cité 49 fois dans l’évangile matthéen, et l’Eglise, citée seulement 3 fois. De là à confronter et à opposer ces deux réalités l’une à l’autre, il n’y a qu’un pas, aisé à franchir. En 1904, le théologien français Alfred Loisy avait eu cette formule cinglante : « Jésus a prêché le Royaume, et c’est l’Eglise qui est venue. » Cette formule a depuis été très souvent commentée, dans le sens pour ainsi dire d’une trahison : le beau projet de Jésus, ce Royaume des cieux sans frontières, sans autre règle que l’amour, a été remplacé par l’Eglise, si pesante, si rigide, si humaine. Quel dommage, et quel échec !

De fait, ce sentiment quant à la misère de l’Eglise est bien compréhensible. Plus on y aura cherché avec ardeur un lieu d’amour et de bonté fraternelle, plus on courra le risque d’être déçu. Parce que la vie de l’Eglise est toujours en-deçà de l’évangile : à la recherche sincère de la vie chrétienne se mêlent nos caractères, nos fatigues, nos mesquineries, nos pauvretés, bref, dans l’Eglise, il y a inévitablement du péché, en plus ou moins grande quantité. Que faire face à la déception et à la colère ? Y a t-il une autre solution que de claquer la porte ?

A cette question, Jésus a justement répondu dans une célèbre parabole, et, ô surprise, elle se situe juste avant l’évangile de ce jour, au début du chapitre 18 de saint Matthieu. Cette parabole, c’est celle du Bon Pasteur. Jésus y raconte la situation d’un berger qui a un beau troupeau de cent brebis, et qui vient à en perdre une : celle-ci a, pour ainsi dire, claqué la porte de la bergerie et s’est enfuie dans la montagne. Que doit-il faire ? Au nom de la rancune, il pourrait estimer que c’est le problème de cette brebis désobéissante, qui ne mérite pas qu’on aille la chercher et qui sera bien punie quand le loup la croquera, tant pis pour elle. Ou bien, au nom de la tolérance, il pourrait considérer que c’est la liberté de la brebis de partir à l’aventure : qu’elle vive sa vie, qu’elle profite de son autonomie, ça ne le regarde plus. Ou bien encore, il pourrait mettre tout en œuvre pour la retrouver et la sauver du loup qui rôde dans la montagne : tout, c’est-à-dire laisser les autres brebis dans l’enclos, partir vers l’inconnu, chercher, enquêter, se battre avec le loup si besoin, ne pas se décourager et finalement revenir à la bergerie, épuisé, les jambes striées par les ronces du chemin avec la brebis toute sale sur ses épaules. Ce n’est pas le choix le plus facile, au contraire : c’est même le choix le plus pénible. Mais l’enjeu est de sauver cette brebis. Et c’est donc le choix que fait le Bon Pasteur, et qui lui vaut ce nom.

Après la parabole, que nous connaissons et (je crois) que nous apprécions, Jésus nous incite simplement à en tirer les conclusions logiques. Entre frères dans le Christ, nous sommes sans cesse, mutuellement, comme le berger et la brebis. Nous nous blessons mutuellement, mais nous sommes de la même bergerie. Laisser l’autre à son péché est un cas de non-assistance à frère en danger. Et même s’il est plus confortable de jouer la carte de l’amitié définitivement brisée ou celle, plus à la mode, de la tolérance qui ne se mêle pas des affaires d’autrui, c’est malgré tout une nécessité que d’oser la correction fraternelle, quelle que soit la boule au ventre que je puisse ressentir.

La correction fraternelle n’est pas simplement une solution bancale pour tenter de limiter les dégâts et éviter que l’on se tape dessus mutuellement ; elle est, en fait, la condition même d’existence de l’Eglise. L’Eglise n’est pas fondée sur notre perfection humaine illusoire, mais sur la réconciliation de ses membres avec Dieu et les uns avec les autres, comme elle a été fondée sur Pierre, et sur son triple relèvement à la suite de son triple reniement. Comme nous le disent les paraboles du Bon Pasteur et du Fils prodigue, le pardon est déjà une expérience de ce qu’est la résurrection, et quand deux ou trois le découvrent, le Christ est là, présent au milieu de son Eglise.

L’Eglise n’est pas le contraire du Royaume, mais sa face immergée dans notre vie humaine. D’ailleurs, même si sa formule a été archiutilisée, Alfred Loisy ne dit pas autre chose : « Reprocher à l’Eglise catholique tout le développement de sa constitution, c’est donc lui reprocher d’avoir vécu, ce qui pourtant ne laissait pas d’être indispensable à l’Evangile même. (…) On a vu que l’Evangile de Jésus avait déjà un rudiment d’organisation sociale, et que le royaume devait aussi avoir une forme de société. Jésus annonçait le royaume, et c’est l’Eglise qui est venue. Elle est venue en élargissant la forme de l’Evangile » selon « la loi de la vie, laquelle est un mouvement et un effort continuel d’adaptation à des conditions perpétuellement variables et nouvelles. » (Alfred Loisy, L’Evangile et l’Eglise, Paris, 1902, pp. XXIX-XXXI)

Chers frères et sœurs, en ce temps de rentrée qui porte avec lui de beaux projets et de réelles inquiétudes, ayons les uns pour les autres des sentiments fraternels et un désir profond de vérité dans la charité : alors, de plus en plus, notre Eglise sera le visage visible du Royaume des cieux !

Amen.

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.