Jeudi 2 avril

Chers frères et sœurs,

Jour après jour, tandis que le Carême nous rapproche de la Semaine Sainte, nous voyons l’engrenage de la violence se mettre en place autour de Jésus. La polémique qu’il a avec les Pharisiens se fait de plus en plus forte, elle entre dans une impasse au bout de laquelle se prépare déjà la potence. Mais au cœur même de ce piège, Jésus continue son œuvre, la nouvelle alliance.

La nouvelle alliance ne vient pas détruire la première, mais la porter à son accomplissement. Dans le Fils unique, toutes les promesses d’alliance éternelle de Dieu faites à Abraham se réalisent, puisque ces promesses, c’est le Fils lui-même qui, dès le commencement, les a faites… C’est autour de sa croix que se rassembleront la multitude des nations dont parle la Genèse, multitude baptisée dans la mort et la résurrection du Christ. En régime chrétien, le nouveau ne vient jamais supprimer l’ancien, mais le prolonger et le parfaire.

Ce renouveau, nous demandons au Seigneur de l’accueillir dans notre vie, en cette dernière montée du carême vers Jérusalem. Naguère, le patriarche Abram, symboliquement, a reçu un nouveau nom, Abraham, en signe de l’alliance qui lui était confiée. Dans l’évangile, Jésus révèle son autre nom, « Je-suis », le nom du Dieu qui tient ses promesses. Que notre fidélité à l’alliance nouvelle nous obtienne, à nous aussi, ce nouveau nom dont parle le livre de l’Apocalypse : « Au vainqueur je donnerai de la manne cachée, je lui donnerai un caillou blanc, et, inscrit sur ce caillou, un nom nouveau que nul ne sait, sauf celui qui le reçoit. » (Ap 2, 17)

Amen.

Père Martin Charcosset

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.