2ème dimanche de Pâques

Avec le Dimanche de la divine Miséricorde se termine la Semaine de Pâques. Cette appellation lui a été donné par le Pape Saint Jean-Paul II il y a vingt ans, le 30 avril 2000, à l’occasion de la canonisation de Sainte Faustine Kowalska, religieuse polonaise à qui le Christ avait demandé de faire connaître au monde sa Miséricorde.

Voici une proposition pour célébrer le dimanche, seul ou en famille, au moment de la journée que vous choisirez, pendant un temps d’une trentaine de minutes.

Chant d’entrée : Criez de joie Christ est ressuscité (youtube), Mon Dieu, ma miséricorde ! (youtube) ou Chrétiens, chantons (youtube)

Nous faisons le signe de croix

Nous disons ensemble le Je confesse à Dieu et nous chantons : « Seigneur, prends pitié ! O Christ, prends pitié ! Seigneur, prends pitié ! »

Celui qui préside invite à prier et dit : « Dieu de miséricorde infinie, tu ranimes la foi de ton peuple par les célébrations pascales ; augmente en nous ta grâce pour que nous comprenions toujours mieux quel baptême nous a purifiés, quel Esprit nous a fait renaître, et quel sang nous a rachetés. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen ! »

Nous écoutons les textes du jour

Après l’évangile, nous prenons trois minutes de silence pour écouter dans notre cœur la Parole de Dieu.

Puis nous écoutons l’homélie de ce dimanche.

Nous récitons le Je crois en Dieu.

Avec l’ensemble de la famille, nous vivons un temps de prière universelle, où chacun dit à haute voix une intention de prière. Nous pouvons spécialement confier les morts de notre paroisse dont les noms sont indiqués dans la newsletter ; les malades et les soignants ; ainsi que ceux qui sont momentanément empêchés de recevoir les sacrements, en particulier les couples de fiancés et nos cinq catéchumènes. Entre chaque intention, on prendra un refrain, par exemple : « Seigneur entend la prière qui monte de nos cœurs ! »

Nous disons ensemble la prière du Notre Père.

Faute de pouvoir communier, nous pouvons dire cette prière pour exprimer ma communion spirituelle, ma communion de désir.

Nous prenons trois minutes de silence pour nous unir à tous nos frères qui, dans le monde, communient en ce moment ou qui, comme nous, en sont douloureusement privés.

Nous chantons un chant de communion, par exemple : Tu fais ta demeure en nous (youtube) ou Christ, ô Pâque nouvelle

Tournés vers Notre-Dame de Fourvière, nous lui demandons de prendre soin de notre diocèse et de le protéger, comme elle l’a fait dans le passé, en disant trois Je vous salue Marie.

Celui qui préside conclue en disant : Que le Seigneur nous bénisse, qu’il nous garde de tout mal et nous conduise à la vie éternelle. On fait le signe de croix en même temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.